Notre projet de grande métropole

Le Grand Paris sera utile s’il poursuit un objectif clair : favoriser le développement et l’attractivité de la région capitale dans la compétition que se livrent les grandes villes d’Europe et du monde.

Notre projet de grande métropole ou Le Grand Paris, pour quoi faire ?

Trois impératifs

Le Grand Paris doit satisfaire trois impératifs :

  • promouvoir le développement économique et accroître l’attractivité, en partenariat avec l’Etat et les autres collectivités ;
  • consolider le maintien dans toutes les parties du territoire de services publics de proximité de qualité, au moindre coût, en s’appuyant sur les communes et les départements ;
  • garantir l’équilibre du territoire et les nécessaires solidarités entre ses composantes, en évitant la création de ghettos urbains ou ruraux.

Une logique gagnant-gagnant

La région capitale contribue à près du tiers du PIB national (31 %) pour seulement 1/5ème de la population du pays. Sa croissance représente un moteur économique qui profite au pays tout entier. Le développement de l’attractivité du Grand Paris ne se fera pas au détriment de la province mais des autres métropoles mondiales. Pour la France, c’est un projet gagnant-gagnant.

Une fenêtre d’opportunité

Grâce aux retombées économiques attendues du Brexit et l’organisation des Jeux Olympiques en 2024, l’agglomération parisienne dispose d’une fenêtre d’opportunité unique de développement, qu’elle doit saisir immédiatement. D’où la nécessité d’engager une transformation simple, harmonieuse, rapide à mettre en oeuvre, aussi consensuelle que possible, et sans accumulation de structures et de coûts.

Paris, une ville-monde à renforcer pour une meilleure compétitivité

Si l’avenir du Grand Paris revêt une importance primordiale, c’est parce que la région parisienne, par son statut unique de région capitale, est la seule métropole française à s’inscrire pleinement dans la compétition mondiale des grandes cités comme Londres, New York, Los Angeles ou Tokyo.

Le pari perdu d’une métropole étriquée

La métropole du Grand PAris, c’est quoi ?

Issue des lois MAPTAM et NOTRe, la Métropole du Grand Paris (MGP), en l’état actuel, comprend Paris, les 3 départements de Petite Couronne et seulement 7 communes de Grande Couronne, sur les 1173 existantes.

En 2017, la MGP est gérée par un conseil composé de 209 élus métropolitains (dont 1/3 représentent la seule ville de Paris), une administration de 45 personnes et est dotée d’un auto-financement de 25 M€.

La métropole actuelle, c’est :

  • 56% de la population
  • 67% des emplois concentrés sur…
  • 7% du territoire de l’Île-de-France

44% des franciliens exclus

La MGP n’a de grande que le nom. Elle ne regroupe que 3/5e des habitants de l’agglomération parisienne. Construire le Grand Paris sur ce périmètre restreint serait voué à l’échec puisqu’il exclurait des populations et des territoires dont la métropole aura inévitablement besoin pour son développement futur.

Un déséquilibre interne

Entre Paris, peuplée de plus de 2 millions d’habitants et une ceinture périphérique éclatée en 11 Etablissements Publics Territoriaux, sans passé ni consistance, qui ne représentent en moyenne que 400 000 habitants, le Grand Paris restreint à la Petite Couronne serait inévitablement écrasé par la puissance parisienne. Une telle réforme reviendrait à recréér le phénomène des banlieues du début du XXe siècle avec toutes ses conséquences négatives.